yumifujitani


BIOGRAPHIE

Chorégraphe et danseuse

 

Yumi Fujitani est née au Japon en 1962.

Elle suit d’abord une formation de danse classique et de théâtre à Kobe. Puis elle se forme à la danse jazz, à la danse contemporaine et au butô.

A Tokyo, elle fait une rencontre déterminante avec Kô Murobushi et Carlotta Ikeda, co-fondatrices de la Compagnie ARIADONE. Elle rentre alors dans la Compagnie comme 1ère danseuse. De 1985 à 1995, elle s’y produit dans des créations telles que « Himé », « Black Gray White », « Le Langage du Sphinx », « En chasse »…

En dehors des tournées internationales, elle enseigne le butô à Tokyo, tout en poursuivant sa formation à New-York et à Paris, où elle expérimente  de nouvelles formes d’expressions corporelles, à travers le masque et l’art du clown.

Elle s’installe à Paris en 1996.

Danseuse de la troisième génération du butô, elle développe sur cet art une réflexion et une approche personnelles.

Elle entame alors des collaborations avec des comédiens , des metteurs en scène et des musiciens.

En 1996, elle présente ainsi « Cinq Nô Modernes » de Mishima Yukio, avec des comédiens, au Festival d’Avignon.

Elle travaille également avec Urszula Mikos (dirigée au Théâtre Proscenium 11è paris), metteur en scène (créations de « Terra Incognita » en 2002, « Uberyou » en 2003 d’après Louis Cervin et Thomas Bernhard), le compositeur André Serre Milan (pour « Terra Incognita », présenté en 2002  à la Biennale  Musique en scène de Lyon,  ainsi qu’au Théâtre National  La Criée  de Marseille) ou encore Jacques Rebotier et Dominique Raymond pour « L’éloge de l’ombre » de Tanizaki Junichiro à la Maison de poésie.

Elle crée également de nombreuses chorégraphies solos.

En 2001, elle présente « Frontières », au théâtre Le Samovar de Bagnolet, dans lequel elle s’aventure vers les limites et les chemins de la mort.

En 2002, toujours au théâtre Le Samovar, elle danse «  Vertige de mémoire », spectacle dans lequel elle explore les tréfonds de la mémoire et de l’inconscient.

En 2003, « Téfu-Téfu » à l’Espace Culturel Bertin Poirée, à Paris, revisite la fameuse question du rêve du papillon.

La même année, « Fujin-Raîjin », présenté au Comptoir du Marais, à Paris, invoque, avec le graphiste japonais Tatsuya Oka, les esprits du vent et de l’orage.

C’est également en 2003 que Yumi Fujitani crée sa propre compagnie, la Compagnie Trois Garances, monte le spectacle “Kao-Chaos” avec 3 comédienes, le vidéaste ( Wilfried Wending ) et la musique contemporaine( André Serre- Milan ). elle nous emmène dans un voyage, passage de l’autre coté de miroir , exploration d’une identité et intimité de la femme, à travers les trois comédiennes.

En 2004, elle présente une version solo de sa création « Kao-Chaos » :  “le visage est dans des mémoires enfoui ou l’abîme des sens, une femme cherche le visage” à l’Espace Bertin-Poirée à Paris.

En Janvier 2006, elle présente, en tant que metteur en scène et chorégraphe, une libre interprétation du « Journal d’Adam, Journal d’Eve » de Mark Twain, avec 2 comédiens  à la Scène Quai Est, à Ivry – sur-Seine.

En Avril 2006, elle commence à travailler avec Midô Ômura qui est metteur en scène et l’élève de Yoshito Ohno. elle crée un solo “Hanako – l’enfant de fleurs” qui évoque le souvenir de la mère japonaise et récrée solo “Kao“.








%d bloggers like this: